Fontevraud Tous nos sites

Vincent MAUGER - Monument Synthétique

À partir du 22 avril 2016
Suivez le montage sur notre page Facebook.

retour en haut

Présentation

  • La résidence Ackerman Fontevraud

    L’ambition de créer un vin est avant tout matérielle : un terroir, un vignoble, un assemblage, du temps… Mais cela va bien au-delà car les fines bulles que nous dégustons nous procurent plaisir et émotion. C’est assez naturellement que nous y associons des images, un style, un art de vivre.


    C’est la raison pour laquelle en 2009, Ackerman se lance dans une démarche de soutien à la création s’engageant ainsi dans les arts plastiques.


    En fondant aujourd’hui une résidence de création la Maison Ackerman cherche à poursuivre l’intuition de celui qui en 1811 allait devenir le fondateur à Saumur de la méthode traditionnelle.

  • Ackerman Fontevraud la scène

    En s’associant à Fontevraud la Scène, la Maison Ackerman s’appuie sur un savoir-faire reconnu pour favoriser la création contemporaine.


    L’histoire qui unit Fontevraud aux arts plastiques dure depuis une trentaine d’années. En 1984 l’Abbaye de Fontevraud accueillait les premiers ateliers internationaux du Fond Régional d’Art Contemporain des Pays de la Loire, première initiative de ce genre sur le territoire national. De jeunes artistes devenus célèbres aujourd’hui vont œuvrer à Fontevraud : Jean Michel Alberola, Ange Leccia, Richard Baquié, Philippe Cognée, Daniel Tremblay ou encore Georges Rousse… Ils ont tour à tour investi, questionné, imaginé ses espaces. Ils ont révélé au public les faces cachées de ce monument exceptionnel classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les commandes à artistes de ces dernières années ont permis à des milliers de visiteurs de vivre avec audace et curiosité des espaces où les œuvres créées par Claude Lévêque, Vincent Lamouroux, François Morellet prennent une forme spectaculaire et interactive.

  • Fontevraud la scène

    Des commandes majeures à artistes

    Fontevraud la scène développe depuis plus de 10 années maintenant une intense activité de programmation et de production lié aux arts visuels, dans des domaines aussi variés que le dessin, la sculpture, les installations monumentales, le cinéma d’animation, la vidéo…


    Les productions engagées portent de façon récurrente sur la vision contemporaine et poétique du monument. Les créations sont en quelques sortes des révélateurs de ce patrimoine dont nous sommes les héritiers. C’est dans cet ensemble architectural de 13 hectares, chargé d’histoire : 700 ans de vie monastique, 150 ans de période pénitentiaire, que les artistes deviennent les témoins, les passeurs de ces lieux impressionnants.

     

    François Place, Kveta Pacovska, Adel Abdessemed, Christian Volckman Raphaël Thierry, Grégoire Solotareff, … ont su révéler au grand public par la simplicité et la qualité de leurs productions plastiques, les mille et une facettes de ce lieu.


    10 ans que Fontevraud La Scène travaille avec des artistes sur des expositions et des installations de tout format. Partenaire de nombreuses institutions : FRAC Pays de la Loire, ESTUAIRE, Le Voyage à Nantes, Fontevraud La Scène se positionne aujourd’hui comme un site incontournable dans la production des arts plastiques in situ.


    Fort de cette expertise et de cette capacité à mettre en œuvre des projets monumentaux, l’Abbaye de Fontevraud, de par sa proximité territoriale et les enjeux artistiques qui sont les siens, est le partenaire naturel de ce nouveau projet alliant patrimoine et création plastique.


    Cette résidence souhaite donner une chance à des plasticiens de venir créer in situ une œuvre monumentale éphémère (trois années), mêlant l’univers potentiellement fantastique du monde souterrain à celui tout aussi magique de la Bulle.

  • L’art des bulles

    Entre histoire et création

    C’est en 1811 que s’installe à Saumur un certain Jean-Baptiste Ackerman. Il y débute l’expérimentation de la méthode champenoise. Il obtient en 1838 une Première Médaille d’Or à l’Exposition Universelle d’Angers pour son millésime de « vin à mousse ». C’est en 1840 qu’il achète des caves troglodytes à St Hilaire-Saint Florent, berceau de l’actuelle Maison ACKERMAN. Dix ans plus tard, il dépose au Tribunal de Commerce de nombreuses marques et crée la Cuvée Royal, déclinée en Dry ou en Brut - le Royal assurera la renommée mondiale de la Maison ACKERMAN.


    Pendant 40 ans il fut le seul à réaliser le fameux vin connu aujourd'hui dans le monde entier. Cuvées de grande typicité, finesse des bulles, prestige d'une grande marque qui a su en deux siècles d'histoire séduire le monde.


    Fortement enracinés dans leur vignoble et riches de leur culture de vignerons, ces acteurs viticoles ligériens majeurs donnent à la Maison Ackerman les moyens d’une stratégie de grandes marques. Stratégie fondée sur la qualité, l’authenticité et l’innovation.


    Respectueuse de la tradition, mais aussi résolument tournée vers l’avenir, l’entreprise exploite des centres de vinification, un chai d’embouteillage et d’élevage remarquablement modernes certifiés BRC-IFS.


    La maison Ackerman maîtrise ainsi l’ensemble de la filière du vin, de la culture de la vigne, l’élevage et la commercialisation et s’impose comme le spécialiste des Fines Bulles et la référence des Vins du Val de Loire. Elle se construit de génération en génération dans le respect des hommes et des terroirs, grâce à une relation de confiance et de service.

  • Voyage au centre de la bulle

    Un nouveau projet au cœur des caves

    En mai 2011, à l’occasion de la célébration de son bicentenaire, une scénographie intitulée « Voyage au Centre de la Bulle » est inaugurée. Entre tradition et innovation, pédagogie et loisir, le visiteur est plongé au cœur d’une scénographie dynamique, d’un univers d'arômes envoûtants, de tuffeau et de couleurs. Ce circuit de visite est rythmé par des animations, des dégustations et des expositions, le tout dans une ambiance feutrée à la découverte de l'histoire de la première maison de fines bulles de Saumur et de ses 3 cuvées emblématiques.


    Par cette réalisation, la maison Ackerman a ancré son positionnement artistique autour des arts plastiques. Les caves, de par leur caractère monumental et labyrinthique, sont un écrin naturel pour la mise en œuvre d’installations monumentales.

  • La résidence Ackerman Fontevraud

    Révéler l’invisible

    Tout comme à Fontevraud, l'artiste révèle par les moyens plastiques qui sont les siens ce patrimoine exceptionnel par une installation qui s’offre comme un cadeau. C’est une expérience sensorielle et émotionnelle unique, de laquelle chaque voyageur ressort interpellé par ce qu'il a ressenti au contact de l’œuvre.

 

retour en haut

Julien Salaud, lauréat 2015

  • Julien Salaud, bestiaire magique

    Né en 1977, Julien Salaud vit et travaille à Orléans. Passionné par les liens, les forces et la symbolique qui unissent l’homme à la nature, il compose ainsi un bestiaire magique. Selon lui, chacune de ses oeuvres offre « un point de vue différent sur ce que peut être un animal, celui du cartésien ou du généticien, du prédateur ou de la proie, du sorcier ou du mystique». D’emblée, ses oeuvres intriguent, avec leurs animaux stellaires et leur poésie décalée : Songes d’une araignée nyctalope, Bambi et les danseurs-étoiles... Julien Salaud surprend par sa douceur et aime conter des légendes plus que des fables.


    Julien Salaud débute par des dessins automatiques, puis aborde la peinture et la sculpture. Grande révélation du Salon de Montrouge en 2010, il a remporté le prix du Conseil général des Hauts-de-Seine, ce qui lui a permis d’exposer la même année au Palais de Tokyo. Il est aujourd’hui représenté par la Galerie Suzanne Tarasieve à Paris et a déjà exposé à Chambord, à Singapour, à Séoul et à Madrid.


    Julien Salaud est représenté par la Galerie Suzanne Tarasiève, Paris. 

  • Interview

 

retour en haut

Jury

  • Un jury multidisciplinaire pour une vision partagée


    La Résidence Ackerman + Fontevraud La Scène a choisi de constituer un jury de professionnels selon deux critères majeurs :

    • La reconnaissance dans le milieu artistique 
    • La connaissance et les affinités avec le projet, les valeurs et les enjeux de la Résidence : travail sur un lieu atypique, découverte de jeunes artistes et ouverture aux nouvelles pratiques artistiques. 

    Elle a ainsi fait appel à trois professionnels qui apportent une sensibilité propre à leur spécialité : coordination d’expositions, scénographie et critique.

    • Matthias Courtet, responsable de l’école d’art et commissaire d’exposition à la Chapelle des Calvairiennes à Mayenne. 
    • Christophe Theilmann, architecte et scénographe, co-créateur plusieurs réalisations des Machines de l’Île de Nantes.
    • Marc Lenot, chercheur en Histoire de l’art et critique, auteur du blog de référence Lunettes Rouges soutenu et hébergé par Le Monde. 

    Ils complètent un jury qui intègre par ailleurs les responsables des deux structures portant le projet :

    • David Martin, directeur général à l’Abbaye Royale de Fontevraud
    • Emmanuel Morin, chargé de projets arts visuels à l’Abbaye Royale de Fontevraud
    • Bernard Jacob, directeur général d’Ackerman
    • Julien Goudeau, responsable tourisme et relations publiques d’Ackerman
  • Mathias COURTET

    Le regard du coordonnateur d’exposition


    Formé à l’École des beaux-arts de Rennes, Mathias Courtet est aujourd’hui responsable de l’école d’art et commissaire d’exposition à la Chapelle des Calvairiennes à Mayenne. Il est également conseiller artistique pour des projets extérieurs  tels que les « Nuits Blanches » Metz et Paris ainsi que pour des collectivités sur des projets d’œuvres pérennes.

    La Chapelle des Calvairiennes : l’expérimentation dans un lieu atypique

    La Chapelle des Calvairiennes, centre d'art contemporain où il officie, revendique un côté expérimental, volontiers défricheur, voire frondeur. Sa programmation est basée sur la découverte de jeunes artistes qui comptent aujourd’hui sur les scènes artistiques française et européennes. Elle organise tous les deux ans l’évènement international « Nuit Blanche Mayenne » qui prend place dans des espaces historiques publics et privés, avec le souci de produire des œuvres « sur mesure » pour leur lieu d’exposition. 

    Un regard éclectique et avisé

    Au cours de ces dernières années, Mathias Courtet a approfondi les notions essentielles d'élaboration, d'orientation et de mise en œuvre d'un projet artistique et culturel, tant à Mayenne que les projets sur lesquels il collabore. Son goût pour l’éclectisme et son travail sur les lieux atypiques lui donnent un regard particulièrement aiguisé sur les enjeux de la Résidence Ackerman + Fontevraud La Scène.

  • Christophe THEILMANN

    Le regard de l’architecte / scénographe


    Diplômé architecte DPLG et scénographe DPEA, Christophe Theilmann a notamment collaboré avec l’artiste François Delarozière sur l’Atelier et la Galerie des Machines à Nantes. Il possède son agence d’architecture et de scénographie. Il enseigne « l’architecture des lieux scéniques » à l’Ecole d’Architecture de Nantes.

    Architecte pour les Machines de Nantes

    Après avoir collaboré avec l’association de constructeurs « La Machine », Christophe Theilmann accède directement à la commande publique de bâtiments à vocation culturelle. Il travaille régulièrement avec François Delarozière. Il est ainsi Maître d’œuvre artistique pour le Channel Scène Nationale de Calais avant de concevoir avec  l’Atelier et la Galerie des Machine de l’Île avec Nicole Concordet . Cette collaboration se poursuit avec la réalisation du Carrousel des Mondes Marins et La Déferlante ainsi que la Cité des Machines en 2013.

    Christophe Theilmann travaille également sur des projets architecturaux caractérisés par leurs faibles coûts et l’utilisation du bois : le Campement Dromesko pour Igor à St Jacques de la Lande, Le Solilab à Nantes pour les Ecossolies ou encore le Foyer du NEST Théâtre à Thionville pour Jean Boillot.

    Mettre en scène le dialogue entre le contenu et le lieu

    La scénographie constitue une autre part de son activité, sous forme de projet de conception-réalisation. Il met en place et conduit équipe spécifique de constructeurs pour chaque projet scénographique. C’est ainsi  qu’il réalise « L’arche des Animaux » (2009) et « A table ! » (2010) pour l’Abbaye Royale de Fontevraud. Scénographies temporaires qui tendent à établir un « dialogue » entre le contenu présenté et le lieu dans lequel elles s’installent, ces travaux font écho aux enjeux de la Résidence Ackerman + Fontevraud La Scène. 

  • Marc LENOT

    Le regard du critique spécialisé


    Diplômé de l’EHESS et doctorant en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Sorbonne, Marc Lenot est l’auteur de Lunettes Rouges, un blog de référence sur l’Art contemporain publié sur le Monde.fr. Il a reçu le prix AICA 2014 de l’Association Internationale des Critiques d’Art et sera à ce titre le commissaire d’une exposition de l’artiste franco-équatorienne Estefania Peñafiel Loaiza au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne au printemps 2015.

    De Polytechnique à la photographie expérimentale

    Diplômé de l’École Polytechnique et du M.I.T., Marc Lenot a suivi une carrière internationale d’économiste et de consultant en stratégie et en recrutement avant de reprendre des études d’histoire de l’art. Après un mémoire Master 2 à l’EHESS portant sur le photographe tchèque Miroslav Tichý, il poursuit actuellement ses  recherches sur la photographie expérimentale contemporaine sous la direction de Michel Poivert. Il a notamment publié un essai sur la définition de la photographie expérimentale dans le recueil « L’Expérience Photographique » aux Publications de la Sorbonne, ainsi qu’une interview du photographe italien Franco Vaccari.

    Lunette rouge, une référence de la critique d’art

    Depuis 2005, il partage sa passion pour l’art contemporain sur le blog Lunettes rouges. Très vite, la qualité de sa plume et de ses analyses font de Lunettes rouges une référence qui rassemble un million de lecteurs par an et gagne le soutien du Monde. Libre de ton, ouvert à toutes les formes artistiques, notamment numériques, Marc Lenot apporte un regard curieux, pointu et loin des conventions au jury de la Résidence Ackerman + Fontevraud La Scène.

retour en haut

Appel à projets

  • Le principe de la résidence

    Le lieu de création – cahier des charges

    L’œuvre prendra place dans l’une des caves de la Maison Ackerman. Le choix de celle-ci se fera en concertation avec l’équipe technique du site et le projet de l’artiste, en tenant compte de l’utilisation effective du lieu, parcours de visite, espace ouvert ou fermé au public.


    L’œuvre est éphémère. Elle est conçue comme telle. Elle n’a pas de caractère pérenne. Son exposition est programmée sur une durée de trois saisons.


    Des conditions techniques spécifiques sont à prendre en compte pour la mise en œuvre du projet. La particularité des caves troglodytiques se traduit certes par son environnement souterrain, au volume spectaculaire mais la contrainte essentielle réside dans son taux d’hygrométrie qui rend l’utilisation d’un certain nombre de matériaux complexe !

  • Un espace de création

    Les lieux de la résidence

    La maison Ackerman met à disposition un atelier sur site (Saint Hilaire Saint Florent), un espace de convivialité.


    C’est à L’Abbaye de Fontevraud (17 km de Saumur) que l’artiste sera logé. L’ancien palais abbatial, logis du XVIIIe siècle dans la cour d’honneur, récemment aménagé, offre aux artistes un espace et un lieu de vie idéal pour une résidence, chambres individuelles, séjour, cuisine commune et espace de détente, jardin. Un atelier de 200 m2 dans une des ailes du Quartier Saint Benoit / espace de création.

  • Le temps de la création

    Calendrier

    Résidence de création : entre décembre 2015 et janvier 2016


    Mise en œuvre du projet : février et mars 2016


    Ouverture au public : début avril 2016

  • Le temps de la rencontre

    Médiation

    Créer à l’Abbaye de Fontevraud pour Ackerman, au cœur du territoire et du patrimoine, offre une occasion unique de rencontrer une culture, des savoirs, un quotidien différents. Ainsi l’artiste en résidence se verra proposer de participer à la vie culturelle et artistique du territoire de diverses manières : rencontres, démonstrations, débats, exposition de travaux réalisés ou en cours, accueil de scolaires…


    C’est l’occasion de partager avec les acteurs du territoire (enseignants, médiateurs, étudiants, clients VIP) une expérience, un projet différent. Partager l’acte de création : de l’idée, du concept, des premiers dessins, esquisses à la mise en œuvre plastique et technique.


    C’est une présence lors du vernissage, une rencontre avec la presse spécialisée, c’est permettre au grand public de vivre des nouvelles expériences.

  • Le financement

    Production de l’installation

    L’artiste se voit attribuer une bourse de création de 5000 euros(honoraires).


    Un per diem de 1000 euros est alloué pour les frais de bouche pour la période de résidence (évaluée à 2 mois – 30 jours de création, 30 jours de mise en œuvre) ainsi que les frais de déplacement du domicile de l’artiste au lieu de création.


    Un budget de production de 18000 euros pour la mise en œuvre du projet. Hors aménagement sécurité et électricité.

  • La candidature

    Le dossier

    Pour candidater, l’artiste doit produire un dossier qui permettra aux membres de la commission de se rendre compte de la capacité de l’artiste à entreprendre un projet plastique s’inscrivant dans la monumentalité d’un lieu ou tout du moins de sa capacité à répondre à l’environnement qui l’entoure. La forme proposée est la suivante :


    - en première page, prénom et nom,
    - un Curriculum Vitae avec l’ensemble des coordonnées du candidat,
    - une lettre de motivation pour la résidence
    - une note de présentation de sa démarche artistique,
    - un minimum de 10 reproductions d’œuvres récentes avec leurs légendes,
    - les adresses web (liens actifs) où des documents multimédias (vidéos, documents audios…) peuvent être vus, s'ils sont nécessaires à la présentation de votre pratique artistique.


    ATTENTION :
    - Le dossier sera sous format PDF, format A4 et ne doit pas dépasser 20 pages
    - Le poids du fichier ne doit pas excéder 4 Mo.
    - Merci de nommer votre fichier PDF en utilisant la référence qui vous a été envoyé lors de votre inscription.

retour en haut

Pré-inscription

Pré-inscriptions

Les inscriptions à l'appel à projet pour 2016 sont closes.

La commission se réunira le 23 octobre prochain. Les 3 artistes qui feront partis de la short-list seront contactés le 24 octobre.

Un nouvel appel à candidature aura lieu en 2016 pour la session de 2017.

retour en haut